Le Projet Régional de Santé Martinique

Service
Date de publication
Visuel
Patrick HOUSSEL DG ARS Martinique
Accroche
Le cap de la politique régionale de santé de la Martinique pour les prochaines années
Corps de texte

L’évaluation du premier PRS a permis de tirer les enseignements nécessaires pour fixer le cap de la politique régionale de santé de la Martinique pour les prochaines années. Ainsi, le nouveau PRS, en étroite articulation avec la Stratégie Nationale de Santé qui inclut un volet spécifique aux territoires ultramarins, se veut être la feuille de route pour l’ensemble des acteurs régionaux en santé afin de favoriser :

  •  le décloisonnement de notre système de santé par la mise en place de parcours fluides
  • une gouvernance partenariale et participative de la politique de santé
  • une meilleure territorialisation des actions de santé.

La Région Martinique fait face à des enjeux de santé publique très sensibles, dont certains lui sont propres et inscrits dans un contexte de mutation sociétale (institutionnelle, démographique).

Ces enjeux de santé sont aussi liés à la prévalence des maladies cardio-vasculaires, à la mortalité infantile ainsi qu’aux cancers, à l’obésité et aux addictions. De façon spécifique, la Martinique se caractérise par le vieillissement de sa population et par des problématiques bien identifiées, parfois associées à des risques environnementaux à fort impact, au rang desquels les maladies vectorielles, telles les épidémies récurrentes de dengue, de Chikungunya et plus récemment de Zika en 2016.

Autre caractéristique : les établissements de la région présentent des déséquilibres structurels majeurs, à forts retentissements financiers, capables de fragiliser une prise en charge de qualité de la population.

Le contexte particulier des maladies chroniques aux indicateurs supérieurs à la moyenne nationale, impose une politique de santé publique affichant des priorités claires et mobilisant moyens et compétences au service d’actions coordonnées et efficientes de l’ensemble des acteurs nationaux et locaux. Elle doit aussi répondre à une exigence nettement accrue en termes de démocratie sanitaire, d’égalité d’accès aux soins et à la santé.

Dans ce contexte, notre ambition à travers le nouveau PRS est d’améliorer l’état de santé global de la population et de réduire les inégalités sociales et territoriales en santé. Les objectifs stratégiques pour la Martinique, inscrits dans le cadre de ce PRS de deuxième génération pour la période 2018-2023, concernent :

  •  La nécessaire anticipation du vieillissement de la population et de la perte d’autonomie,
  •  L’amélioration de la santé des mères et des enfants et la lutte contre la mortalité infantile et périnatale,
  • La réduction de l’impact du surpoids et de l’obésité et leurs incidences sur les maladies chroniques (diabète, HTA, IRC, maladies cardio-vasculaires),
  •  La prise en charge de qualité des cancers,
  •  La santé mentale.

Ces axes procèdent d’une réflexion collective et d’une large concertation pour apporter des réponses adaptées aux enjeux et défis à relever pour les martiniquais et leurs besoins de santé. Parmi leurs conditions de réussite, figurent de façon particulière la coordination des acteurs de santé (notamment à travers des dispositifs d’appui aux professionnels), la démocratie en santé, et la coopération régionale caribéenne et entre DOM/COM, capable d’optimiser l’efficience des moyens.

L’Agence Régionale de Santé a pour mission de planifier et de mettre en œuvre les actions qui viendront répondre à l’ensemble de ces objectifs autour de principes clés :

  • une cohérence avec les textes nationaux (Stratégie Nationale en Santé particulièrement) et locaux (Schéma de l’autonomie 2018 – 2023 de la CTM, PRSE 3, Plan Chlordécone, …) afin que le PRS renforce les synergies locales en étayant les plans déjà à l’œuvre.
  • une transparence : une place centrale a été donnée, au niveau méthodologique, à la concertation, laissant à chacun la possibilité de participer à l’élaboration de ce nouveau plan. 23 groupes de travail se sont réunis à plusieurs reprises entre juin et septembre 2017.
  •  une opérationnalité à travers la définition d’un périmètre circonscrit d’intervention, le développement de parcours de soins permettant de fluidifier l’accompagnement proposé ou encore la structuration d’un plan agile grâce à son dispositif de gouvernance qui autorisera une animation active et une mise en œuvre à géométrie variable.

Conformément à l’article 1434-1 du Code de la Santé Publique, complété par le Décret n° 2016-1023 du 26 juillet 2016, le Projet Régional de Santé, est articulé autour de 3 documents distincts et néanmoins complémentaires :

  • le Cadre d’Orientation Stratégique (COS), qui propose des orientations stratégiques et leurs résultats attendus à 10 ans,
  • le Schéma Régional de Santé (SRS), qui établit pour 5 ans les prévisions d’évolution de l’organisation de l’offre de santé et définit des objectifs opérationnels
  • le Programme régional d’accès à la prévention et aux soins (PRAPS) des publics vulnérables.